Entrainement-sur-piste-solitude-ultra-marathon

C'est dans la répétition incessante, inlassable et la recherche de la foulée parfaite que se construit la capacité à appréhender le grand fond.
Chaque pas étudie le sol, il importe de sentir le revêtement pour ensuite l'oublier, la plante des pieds, les muscles de l'ensemble de la chaine motrice de chaque jambe doit apprendre comme si elle était seule, elle-même doté d'intelligence. Pour qu'ensuite, quand on sera dans l'épreuve au 4ème 5ème jour quand plus rien n'explique encore qu'on avance, l'automatisme ainsi crée économisera l'effort mental que le cerveau doit effectuer pour envoyer ses ordres de contraction. L'éducation à l'extreme effort s'effectue dans la profondeur de son organisme.
Comme un apnéiste qui apprend à optimiser son souffle, ralentir son coeur, muscle sa cage thoracique, travaille sa concentration, le coureur de 6 jourss apprend à ses jambes l'automatisme, la foulée perpétuelle. Ce sont les longues séances, seul sur la piste, perdant mon regard sur la ligne blanche choisie qui construise ma perception, ma concentration, ma synchronisation.
C'est aussi un grand sentiment d'immense solitude et de travail martial qui prévaut dans ces moments...

Vidéo précédente Retour Vidéo suivante
×